Modigliani, l’art d’être artiste

Modigliani, le peintre.

Ou bien, le peintre Maudit.

Amadeo Modigliani, peintre, sculpteur, alcoolique. Mais avant tout artiste.

D‘origine italienne, Amadeo commença ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Florence, puis il entra à l’institut des arts de Venise. Puis, comme tous les artistes de l’époque, il est venu chercher l’inspiration à Paris, alors centre de l’avant-garde. Il s’installa à Montparnasse et côtoya Montmartre. Ses premières influences viennent de Toulouse-Lautrec, puis il s’inspira de Paul Cézanne, du cubisme, et de la période bleue de Pablo Picasso. Il se mit à sculpter après avoir rencontré Brancusi par le biais d’un ami. Modi était donc très inspiré par ses contemporains qu’il pouvait croisé sur la sphère artistique parisienne.

Amadeo découvrit l’art nègre et cambodgien au Musée de l’Homme. Cet art se reconnait par ses statues avec les yeux en amandes, des nez très longs et fins, et les cous allongés. Il commença donc une série de sculptures en se basant sur cet art africain qui l’inspirait beaucoup. Mais son état de santé ne supportait plus la poussière de son atelier de sculpture et l’épuisement que cela lui causait lui firent arrêter de sculpter pour se concentrer sur la peinture.

C’est ainsi qu’on reconnaitra désormais facilement les œuvres de Modi.

Il se fit remarqué pour la vitesse à laquelle il peignait. Alors, il gagna (misérablement) sa vie en faisant des portraits. Dont les portraits des habitués de Montparnasse comme Soutine, Rivera, Gris, Survage, Max Jacob, Jean Cocteau…

Il trouva sur son passage Jeanne Hebuterne. Jeune étudiante en art, qui fit quelques peintures. Elle devint sa muse. Tout deux étaient fait l’un pour l’autre, diront leurs amis. « Jeanne fut la seule femme qui ait vraiment compris Amedeo. Jeanne fut l’amour de sa vie et pour elle, il était Dieu. » Se nourrissant de leur passion, Jeanne et Amadeo s’installèrent dans un viel atelier à Montparnasse. Il fit 26 tableaux de Jeanne. Pour lui, elle représentait l’idéal du portrait féminin dans sa recherche artistique.

Modigliani peignait des portraits mais il est également connu pour ses nus qui faisaient scandales à l’époque. Un jour, on lui organisa une exposition entière avec ses œuvres. Les nus exposés dans la vitrine firent scandale et ont été menacés de saisie par la police pour outrage à la pudeur. Aucun tableau ne fut vendu. L’exposition fut fermée.

Sa santé se dégradait de plus en plus. Modigliani vivait d’excès et surtout d’alcool. Ce qui n’était pas pour arranger sa santé déjà fragile depuis qu’il était petit. En 1918, Jeanne tomba enceinte, Modi était un peu malade. Ils partirent à Nice pour qu’ils se reposent. Jeanne accouchera à Nice d’une petite fille Giovanna. C’est après cette naissance que Modi peindra ses 4 paysages, les seuls qu’on lui connaisse. En 1920, Jeanne retombera enceinte. Un jour, un de leurs amis, n’ayant plus de nouvelles de Modi, le retrouva délirant dans son lit avec Jeanne enceinte de près de neuf mois à ses côtés, lui tenant la main. Il mourra quelques jours plus tard.

La mort de Modigliani désespéra Jeanne. Elle fut conduite chez ses parents, et se donnera la mort en se jetant d’une fenêtre au cinquième étage, deux jours après le décès de Modigliani, enceinte de neuf mois.

Modigliani, c’est l’histoire tragique de l’artiste maudit. Son art ne fut jamais reconnu à sa juste valeur de son vivant, et pourtant à sa mort, on accepta ses nus, ses cous allongés déformant les véritables visages. Un portrait signé Modigliani, c’est un portrait qui signe la vision artistique et idéale de Modigliani. Ses tableaux témoignent de sa sensibilité, de son originalité. Des traits longs, fins, des visages allongés, des fonds irréguliers, ses tableaux sont doux, ses tableaux sont profonds. La particularité de Modigliani, c’est les yeux. De simples amandes remplies de couleurs. Dans les premières poses de Jeanne il lui dira :

« Je ne peindrai tes yeux, que lorsque je connaitrai ton âme… »

Et un jour, Jeanne eut une âme…

Publicités

3 réflexions sur “Modigliani, l’art d’être artiste

  1. Personnellement je préfère les Modi de la première période, plus bruts  » de décoffrage », bref, moins « décoratifs »,
    et moins portés sur les formes allongées et sinueuses qui ont fait connaître l’artiste, que je trouve, par leur répétition proche d’un certain maniérisme..

    Artiste « maudit », soit, mais quand même avec une grande renommée… Il y en a qui font des oeuvres très intéressantes et qui n’ont pas cette chance.

    J’aime assez, le concept d’échanger une oeuvre contre un produit ( un repas, en ce qui concernait Modi), j’ai pratiqué la même chose il y a peu de temps, un dessin, contre deux pains, faits maison…

    • cher rechab !je suis peut être mains certainement tres en retard car je viens de connaitre cet artiste « Modigliani » eh bein je ss sous le charme ses portraits ces peintures m’attirent et me touchent énormément j’aimerais connaitre tout de lui !!! cet artiste m’interpelle !!!

      • Rassure toi, Sarah, je découvre régulièrement des artistes dont je ne connaissais pas l’existence avant, et pourtant j’enseigne les arts… quand je me suis intéressé à la question ( à 18 ans ), Modigliani a été un des artistes qui m’a le plus touché, par l’utilisation des couleurs chaudes notamment dans les nus, ça a été je crois le premier livre d’art que je me suis offert « en conscience »… on m’avait offert des livres assez généralistes auparavant…— oui, c’est une pe
        inture « instinctive et magnifique »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s