Fargo

Parlons Cinéma…

Hier soir j’ai regardé Fargo.

C‘était la première fois que je le voyais. C’est un film des frères Coen de 1996 que je trouve trop peu connu. Le style des Frères Coen c’est toujours soit on aime, soit on aime pas… Autour de moi c’est comme ça, certains apprécie beaucoup ce style mi-incongru mi-engagé, d’autre n’accroche  pas du tout.

Pour le coup, Fargo est un exemple type du travail des Coen. Un sujet dramatique, une approche naïvement comique. Un contraste qui donne un film décalé. Du fait de cette réalisation si particulière, les Coen donne à voir des images parfois violentes et trash, mais on s’en fout, et on est finalement pas si choqué, du moins, on ne va pas sortir les mouchoirs ou vomir lorsqu’on voit un des acteurs mettre son coéquipier dans un broyeur et que le sang gicle partout ! AH ! Ca semble si dégueu comme ça et pourtant, je vous assure que lorsqu’on tombe sur cette scène, c’en est presque drôle ! La même histoire filmée par Tarantino, on aurait caché nos yeux durant la moitié du film et on se serait réfugié dans les bras de notre amoureux en lui demandant de nous prévenir quand ce serait fini ! Mais là non.

Malgré tout, dans les films en général, on cherche à s’y retrouver… dans un des personnages, dans une des situations, cela nous fait ressentir le film plus intensément, comme si on se sentait concerné. Or dans ce film, moi, je ne me suis retrouvé en rien, ni dans la situation, ni dans les personnages ! Les personnages semblent si incongrus, dénués de bons sens, comme réellement fictifs. Regardez ce film, et je pense que vous ressentirez cela aussi, surtout au niveau de la policière et de ses équipiers, qui semblent être des petits nounours tendres devant des situations affreusement dramatiques. J’ai trouvé leur jeu de scène renversant !

Bref, ce film est totalement barré. Positivement. Et on s’accroche à l’histoire, aux personnages et à leur légère naïveté. Ce film nous trouble, nous choque, nous fait rire, nous inquiète, nous étourdit, nous ahurit… On aime ce film.

Aussi cette fiction détient une part philosophique dans son scénario, qui nous fait réfléchir sur les limites que certains sont prêts à dépasser pour quelques sous. L’une des dernières répliques du film est celle ci :

« La vie vaut plus qu’une poignée de billet… Vous ne le saviez pas ? »

La façon dont l’actrice dit cette réplique sonne comme un coup de marteau pour la fin du film. Car tout du long, on suit l’histoire en se demandant ce qui va encore arriver et on oublie finalement que oui, c’est une histoire de vies contre une histoire de dollars.

« FARGO », des frères Coen, 1996.

A voir, note : 5/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s